Comité Préparatif de la Gauche Verte

Projet des orientations cadres du  Parti de la Gauche Verte marocaine 

Le présent document contient les déterminants essentiels de la nécessité d’une nouvelle structure moderniste faisant appel à la dimension écologique dans le contexte des changements mondiaux, régionaux et nationaux. Ledit document tend à placer cette structure ainsi que ses diverses contributions futures dans la carte des différentes structures interagissant sous la lumière des nouvelles données et du développement de la vie humaine dans ses différents aspects, perspectives ainsi que dans ses ambitions variées.

Ce même document cadre cherche à définir les convictions majeures sur lesquelles se fonde le militantisme du Parti de la Gauche Verte, ainsi que les valeurs et les principes directeurs sur lesquels se base dans ses activités quotidiennes, ses interventions et sa vision stratégique de ses missions sociales, humaines et valorisantes. Et ce, afin de relever les défis nécessaires du développement durable, de la dignité, de l’incessant bien-être humain, tout en fixant les objectifs généraux et les principaux axes de son militantisme transitoire et ses choix organisationnels constituant les critères et les mécanismes de ses activités, ainsi qu’en redressant ses interventions et les interactions de ses structures, de ses institutions et de ses membres.

Un Maroc différent est possible ; un Maroc démocratique et moderne ; un Maroc apte à offrir toutes les conditions démocratiques et une répartition équitable de la richesse selon l’effort et la contribution dans la production et dans la construction d’un futur Maroc ; un Maroc digne de ses citoyennes et citoyens susceptible de respecter les libertés de tous et offrir une vie décente et une sécurité à tous

Du contexte et du besoin d’une  gauche verte marocaine

Les principaux éléments de l’étape politique actuelle, étape dont certains de ses prémisses remontent au début des années 90, sont représentés aussi bien par les contextes  généraux internationaux que par les contextes nationaux privés.

La scène internationale a connu des changements rapides depuis les années 80. Ces changements ont été traduits par une série d’événements et de faits au niveau du conflit politique, militaire, et économique internationale favorisant une suprématie et une hégémonie grandissante des Etats-Unis dans le monde. Cette situation a coïncidée avec la mondialisation économique et informatique et avec les conventions du GATT ainsi que le nouveau rôle des moyens d’information et de communication tendant à dépasser le concept du quatrième pouvoir pour devenir un super pouvoir aux mains de ceux qui le manipulent. D’autant plus qu’ils ont marqué le début du contrôle des réseaux monétaires et économiques sur les choix politiques et sociales dans le monde. Ainsi l’emblème politique, dans plusieurs pays et sociétés, s’articule autour de la démocratie libérale et des droits de l’homme. De ce fait, l’idée de l’économie du marché a dominé l’économie mondiale et a même atteint les régimes connus par leurs communismes et socialismes.

L’étape qu’avait vécue notre pays a connu une interaction de deux stratégies. Il s’agit, en premier lieu, de la stratégie du consensus politique avec la monarchie et les structures qu’elle a adoptées et soutenues et avec l’ancienne opposition sur la base des intérêts suprêmes du pays, en vue de garantir une continuité équilibrée du changement démocratique et moderniste du pays. En second lieu, la stratégie du conflit économique pour une nouvelle répartition des richesses économiques et du pouvoir politique entre les lobbies de l’ère révolue, les symboles de la nouvelle ère et les partisans du nouveau consensus politique et ses fondements ainsi

qu’entre les nouveaux lobbies liés par leurs intérêts avec les orientations despotiques de la situation mondiale actuelle.

Cette nouvelle dynamique qui s’inscrit dans le cadre des contextes mondiaux généraux a donné lieu, grâce aux sacrifices de plusieurs générations des militantes et militants, à une nouvelle situation au pays et à un horizon très ambitieux, ouvert sur le développement positif.

S’il y a un titre à donner à cette nouvelle étape, il ne peut être que « l’ouverture d’un vaste horizon pour pratiquer la politique et développer le système politique vers une démocratie donnant satisfaction à la société et à son élite politique, sociale et économique ». Cependant, parallèlement à cette voie positive, le Maroc assistera au commencement de la menace du radicalisme et de sa propagation progressive et l’élargissement de son influence socioculturelle.

Ces changements nationaux et internationaux troubleront l’idéologie de la Gauche et le mettront face à des responsabilités nouvelles et complexes. Il s’agir de la responsabilité de renouveler l’idéologie politique, de revoir, au moins, certains dogmes et d’entamer de nouvelles tâches sur la base des positions socialistes dont il s’est toujours prononcé adepte.

De l’identite du parti

Le Parti se rallie aux forces de la Gauche. Par Gauche, nous entendons, aujourd’hui, la partie qui défend la répartition équitable du pouvoir et des richesses de façon à garantir la dignité humaine, la sureté et la participation de la majorité écrasante des citoyennes et citoyens.

La dignité humaine se concrétise, tout d’abord, par l’application des valeurs d’égalité, de liberté, des droits sociaux, économiques, et culturels primordiaux. La sureté, quand à elle, se concrétise à travers la garantie de la sécurité de l’individu, de ses biens, sa vie, sa liberté individuelle, sa quiétude et sa sécurité alimentaire. S’agissant de la participation, elle se réalise à travers l’application des droits de la citoyenneté entière et la participation à la prise des décisions, aux politiques nationales et à la gestion de l’intérêt public.

Des convictions fondamentales

Les choix politiques du Parti de la Gauche Verte ainsi que les bases de ses programmes généraux et pratiques sont fixés sur des convictions fondamentales citant entre autres :

  • La nécessité d’une nouvelle civilisation humaine au sein de laquelle se complètent et cohabitent les civilisations des peuples, œuvrant pour l’éclosion d’une nouvelle citoyenneté universelle basée sur l’égalité des droits et des devoirs des individus sans aucune discrimination de sexe, de race, d’âge, de religion, d’appartenance sociale, d’origine raciale ou nationale, d’handicap, de richesse ou d’état de santé.
  • La nécessité de mettre fin aux guerres et aux actes de violence en toutes ses formes, ainsi que de faire régner la paix, les solutions pacifiques, la communication, la tolérance et la solidarité entre les peuples du monde.
  • La nécessité d’une justice sociale à travers la répartition équitable des richesses sociales, économiques et naturelles aussi bien sur le plan national qu’international, de façon à répondre aux principaux besoins de l’humanité, à assurer les opportunités du développement individuel et social de toutes les citoyennes et tous les citoyens, et à préserver leur sûreté et garantir la participation à la gestion de leurs affaires sociales.
  • La nécessité d’une révision radicale des méthodes d’exploitation des richesses naturelles, de l’investissement de la technologie, de la recherche scientifique et des différentes interventions humaines dans le système écologique, ainsi que de revoir les méthodes de consommation individuelle et collective de manière à garantir la sauvegarde de l’équilibre du système écologique, de la pérennité d’une vie humaine décente et à assurer les ressources naturelles pour les générations futures.

Des Principes

Le Parti de la Gauche Verte tire, avec une dimension dynamique, ses principes directifs et ses fondements théoriques:

  • Des valeurs des Droits Humains universels avec toutes ses générations et garantissant la dignité humaine.
  • Des valeurs sociales et culturelles de la pensée socialiste, des principes de la pensée écologiques des mouvements verts et des adeptes de la dimension écologique dans le monde.
  • De la Démocratie dans toutes ses dimensions politiques, économiques, sociales, culturelles, linguistiques, promotionnelles et sectorielles, ainsi que des dimensions du développement durable.
  • Des principes de la pensée moderniste et des valeurs rationnelles dans leurs dimensions humanistes et universelles appuyant la démocratie, la modernité, la citoyenneté et l’égalité.
  • Des valeurs positives de la civilisation marocaine dans ses divers affluents ethniques et religieux, amazighes, arabes, africains, méditerranéens, islamiques et judaïques.

Des défis stratégiques 

  • Le défi du développement est un défi où interférent les défis sociaux, culturels, économiques, environnementaux et les contraintes mondiales.
  • Le défi de la pleine sécurité, collective et individuelle, est un défi de l’Etat des droits, des devoirs, de la loi et de la protection corporelle en combattant à la fois la criminalité et le terrorisme et en garantissant la sécurité alimentaire et environnementale.
  • Le défi du développement et la non régression en protégeant les droits de l’homme sur tous les niveaux.
  • Le défi de la satisfaction du développement politique en se rassurant des normes convenues pour la gestion les affaires étatiques et sociales.
  • Le défi de la solidarité, la tolérance et la cohabitation en vue de garantir l’homogénéité sociale interne, de préserver une considérable position du pays au sein de la société internationale et de protéger la patrie dans son identité, sa civilisation, son territoire et son avenir.
  • Le défi de consolider l’égalité entre la femme et l’homme et d’opter pour une approche qualitative dans tous les domaines de la vie sociale, administrative, juridique et judiciaire.

Les domaines des programmes transitoires 

  • La normalisation constitutionnelle, législative et politique des réalisations positives dans le cadre d’une complémentarité des rôles entre l’institution gouvernementale et l’institution royale pour protéger les acquis et ouvrir un horizon hissant les situations au sein du pays.
  • L’ouverture d’un chantier de perfectionnement judiciaire dans tous ses domaines, niveaux, types et institutions.
  • La diligence, l’élargissement et l’approfondissement des perfectionnements en  cours ; l’application de la bonne gouvernance et le soutien du parcours de la déconcentration et de la décentralisation en faisant appel à la dimension écologique.
  • L’ouverture d’un chantier de décollage des situations sociales et économiques avec l’audace requise et de renouvelables initiatives afin de préserver la dignité des citoyennes et citoyens marocains et de soutenir les efforts du développement national.
  • La discussion des questions de qualification de la société et des relations quotidiennes pratiquées dans la réalité, loin de tous les aspects de l’hypocrisie culturelle ou la discrimination sociale ou morale, de façon à renforcer les valeurs de la liberté, l’égalité, la modernité et l’attachement à la patrie.
  • Le soutien et l’accélération de la cadence des changements sociaux et l’agissement sur ses contenus et ses horizons pour contrer le flux obscurantiste et cessation de la politisation de la religion.
  • La gestion parfaite des emplacements politiques pour défendre les causes de la patrie et des citoyens et pour soutenir le parcours du changement démocratique et moderniste de l’Etat et de la société.

Des choixs organisationnels 

Les choix organisationnels du Parti s’appuient sur les principes et les règles suivantes :

  • La démocratie comme mécanisme de gestion, de direction et de l’élaboration des décisions et des orientations et comme règle de conduite avec l’autre ainsi qu’avec la différence et la diversité.
  • L’encouragement des talents créatifs des membres et des structures à travers l’adoption de la liberté d’initiative.
  • La facilitation de la culture de la reconnaissance à travers l’adoption des critères de la compétence et de la rentabilité en matière de candidature pour assumer les responsabilités et accomplir des missions déterminées.
  • L’acceptation de la diversité et la différence à travers le soutien de la décentralisation/régionalisation dans la gestion des affaires du Parti.
  • L’adoption des principes de la bonne gouvernance à travers l’organisation fédérale du parti et la gestion rationnelle des programmes, des plans et des relations de coopération d’association et de coalition.
  • L’adoption des méthodes d’auto développement, du développement des compétences et de l’échange des expériences et des connaissances.
  • La création des programmes alternatifs et le rejet de la logique négationniste.
  • La création des mécanismes, des structures et des institutions de proximité sectorielle afin de permettre aux citoyens de participer à la prise des décisions et des initiatives nécessaires pour s’enquérir de leurs affaires. Et ce, en vue de développer les valeurs de la citoyenneté, du bénévolat, de la solidarité et de la responsabilité collective partagée.
  • Le soutien de la participation des jeunes et des femmes pour faciliter leur intégration et les faire adhérer aux organismes ayant un aspect observatoire.
  • l’unification des efforts des écologistes, des démocrates, des modernistes et des réformistes de façon à servir les intérêts vitaux de la patrie et des citoyennes et  citoyens et à garantir de la dignité humaine et les objectifs généraux pour lesquels œuvre la Gauche
  • le Parti de la Gauche Verte use, pour la réalisation de ses objectifs, des moyens de la sensibilisation, de l’éducation, de la formation et des diverses activités individuelles et collectives ainsi que tous les moyens licites dans le cadre des libertés démocratiques exercées par les citoyennes et citoyens.

Objectifs généraux

Le Parti de la Gauche Verte  a pour but de :

– Participer à la création d’un système universel répondant aux intérêts des nations et des peuples en matière de la paix, de l’égalité, de la répartition équitable des biens, du bénéfice réciproque du progrès économique, scientifique, technologique et la communication médiatique, et de la consécration de la démocratie au sein des organisations et des institutions internationales.

– défendre les questions de l’environnement dans le monde, de la démocratie et des droits de l’homme, ainsi que le respect du droit des peuples à l’autodétermination et le développement des relations de coopération et de solidarité, dans le cadre du respect mutuel, avec les organismes et les mouvements verts dans le monde et avec les forces démocratiques, socialistes et modernistes œuvrant pour le développement et la prospérité de l’humanité.

– Soutenir l’espace méditerranéen de façon à servir la complémentarité des civilisations, des langues et des cultures ; à garantir les intérêts des peuples méditerranéens pour le développement, la paix et la citoyenneté égale sur toutes les rives de la méditerranée.

– Participer à la consolidation des fondements de la complémentarité maghrébine par la création et le renforcement de ces fondements matériels et communicationnels pour instaurer une unité maghrébine démocratique avec son fond civilisationnel, africain, méditerranéen, amazigh et arabe dans la perspective de consolider le destin commun des pays de l’Afrique du Nord et du moyen orient.

– Instaurer  la souveraineté nationale sur tout le territoire national et fortifier l’homogénéité sociale contre toute forme de discrimination entre les citoyens et citoyennes ou entre les régions et les communes riveraines.

-Veiller à la consécration de la démocratie au sein de la société et de l’Etat dans toutes ses dimensions politiques, économiques, sociales, culturelles, linguistiques, régionales et du développement. Et ce en défendant la modernité et la rationalité en matière du gouvernement et de gestion y compris la modernisation du système politique tout en s’appuyant sur les principes de la justice, de l’égalité, de la solidarité, du respect de la dignité humaine, de l’équité sociale, de la gouvernance sécuritaire, du respect des droits des citoyennes et citoyens et d’œuvrer pour la préservation et la sauvegarde de l’environnement.

– Répandre et développer la culture de la citoyenneté responsable, inculquer les principes démocratiques, définir les droits et les libertés humains et faire cesser leurs transgressions et leurs violations.

– Instaurer l’égalité totale entre la femme et l’homme, défendre le statut de la femme sur tous les niveaux et lutter contre toute forme de discrimination à son encontre, et adopter une approche qualitative dans tous les domaines.

– Lutter contre la pauvreté comme nécessité valorisante, sociale, économique et environnementale ; lutter contre les écarts dans la richesse et le pouvoir empêchant la participation des citoyens et citoyennes à la gestion de leurs affaires que ce soit au niveau local, régional ou national.

–  œuvrer pour l’épanouissement d’un individu autonome et socialement responsable en lui permettant d’accéder à toutes les informations et les compétences nécessaires pour la prise des décisions ; œuvrer pour le faire bénéficier de l’éducation, de l’enseignement et de la santé et de la participation  au développement personnel, social, économique et culturel.             

– Réaliser un développement durable répondant aux besoins des citoyennes et citoyens en matière du progrès économique, social, et culturel.

– Assurer les ressources naturelles pour les générations futures et préserver l’équilibre écologique. Lutter contre toute forme de pollution et encourager la recherche en matière d’énergie alternative et la sauvegarde de l’eau.

– S’intéresser aux questions de l’immigration et des immigrés et lutter contre le racisme. Œuvrer pour soutenir les demandes des immigrés en vue de garantir leurs droits dans le pays d’origine et celui d’accueil  de sorte que leur citoyenneté soit reconnue ici et ailleurs.

Juillet 2008